Directrice Générale! OPTIMISEZ L’ORGANISTION DE VOTRE CONGE DE MATERNITE

Du chemin avec embûches à l’organisation qui rend tout possible…

Chères collègues, Organiser un congé maternité lorsque l’on assume les missions de DG peut s’avérer être un vrai casse-tête.

De l’annonce de la grossesse au retour de congé maternité, de nombreuses étapes s’annoncent. Sans compter, parfois, en amont, la décision même de faire un enfant (choix du meilleur timing) et souvent, en aval, la conciliation de l’équilibre vie professionnelle et vie personnelle.

J’ai testé plusieurs fois tous les aspects de la liaison dangereuse “DG & Congé maternité” et partagerai avec vous mes retours d’expériences.

Continue reading “Directrice Générale! OPTIMISEZ L’ORGANISTION DE VOTRE CONGE DE MATERNITE”

Manager par le sens! Lapalissade ou quête du graal?

Le risque d’un « fast-management » sans conscience, est celui de passer à côté du manager que nous sommes vraiment. Se poser quelques bonnes questions permet de manager par le sens avec plus de respect de soi et de l’équipe.

De l’esprit au bon sens, il y a plus loin qu’on ne pense.

Napoléon BONAPARTE

Défi: 21 JOURS ET 4 EXERCICES POUR ETRE UN MANAGER INSPIRE ET INSPIRANT A LA RENTREE

Continue reading “Manager par le sens! Lapalissade ou quête du graal?”

CIEL, JE SUIS ADMISSIBLE!!! …suite

Méthodologie de l’épreuve orale d’attaché principal: Attendus du jury et Astuces pour se préparer dans les meilleures conditions.

Regardez cette vidéo pour découvrir

  • Les attendus des juré.e.s,
  • Des outils pour travailler votre projet professionnel et votre présentation,
  • Des questions clefs à se poser pour travailler sa motivation,
  • Mais également la réponse aux questions que vous m’avez posée.

Les fruits d’efforts importants sont souvent perdus parce qu’un dernier effort n’a pas été fait.

Christian Lovis

Ciel! Je suis admissible!!!

#concours #fonctionpublique #examenprofessionnel #admissibilité

Vous êtes admissibles à un concours ou examen de la fonction publique (ou vous préparez à l’être)? Félicitations ou Désolations?

Si seulement?… Oui je vais y arriver!! Je le mérite toute de même! Est ce que j’ai bien pensé à contextualiser mon introduction? Je rêve, ça ne passera jamais… Et si ça passe, et que je me retrouve à l’oral? Je ne suis pas prêt.e!

S’engager dans une préparation à un concours ou examen professionnel, c’est accepter de passer par tant d’états que mieux vaut avoir la tête froide pour garder le cap. Être admissible provoque un grand contentement mais rapidement ensuite, c’est la peur qui peut prendre le dessus.

Wahoo!! Champagne, je suis admissible!!!

Mince, je suis admissible, comment je vais faire??

Les 2 étapes par lesquels je suis toujours passée lorsque je lisais mon patronyme sur une liste d’admissibilité. (concours d’attaché, examen professionnel d’attaché principal, concours et examen professionnel d’administrateur territorial)

La préparation à l’oral peut s’avérer un vrai chemin de croix. Présentation du parcours professionnel, motivations, questions d’actualité, programme (quand il existe), connaissances de l’environnement professionnel, mise en situation; pas simple de prioriser son travail de préparation.

Et si comme la majorité des candidat.e.s, vous avez accessoirement un travail (possiblement à temps plein, bien plein), des activités extra-professionnelles, une vie sociale, une famille, voire même un chien ou un poisson rouge, cela relève presque de l’impossible de s’organiser pour se donner toutes les chances de succès.

4 étapes incontournables pour être prêt.e

  1. Créer des espaces temps dédiés. Respirer profondément et prendre la décision de faire des choix pour alléger l’emploi du temps. Partager ces décisions avec les personnes directement ou indirectement impactées. Sauf à ce que vous ayez du temps de libre, il va falloir le créer.
  2. Manager son temps. Confronter le temps imparti avant la date présumée ou connue de l’oral (des oraux), et l’étendue des connaissances à apprendre, revoir. Être responsable et accorder un temps réaliste au programme de révision que nous sommes en capacité “d’absorber”. Le temps ne se rallongera pas, donc manager votre temps et tenez vous à ce que vous programmez. Par exemple, s’accorder 15 min avant la pause déjeuner pour lire le dossier d’une revue spécialisée, 30 min chaque soir pour lire et apprendre une fiche thématique, se lever une heure plus tôt chaque jour et parcourir deux thèmes d’actualité en les approfondissant à l’aide des textes règlementaires et avis de spécialistes de la question…
  3. Ordonnancer l’exposé de votre parcours professionnel. Préparer son parcours professionnel. Un écueil consiste à penser qu’il n’est pas indispensable de préparer son discours autour de son parcours professionnel. “Après tout, c’est votre vie, vous devriez vous en rappeler” Et bien non! Un parcours mérite d’être travaillé sous l’angle de vos compétences, de créer de la cohérence, d’être pertinent quant aux exemples choisis lorsqu’il s’agit de l’illustrer, le tout en lien direct avec le cadre d’emplois ou le corps convoité et bien souvent dans un délai imparti et minuté. Donc, pas de tergiversations; travailler l’ordonnancement de votre parcours, l’énoncé chronologique n’est pas toujours le plus pertinent.
  4. Trouver votre pépite de motivation. Enfin, la motivation. Elle doit transpirer tout au long de votre oral! Pourquoi êtes vous là? Quelles sont les raisons qui vous ont porté.e.s tout au long de votre préparation? Qui vous ont poussé.e.s à travailler dur? Beaucoup ne travaille que superficiellement leur motivation et répondent donc en surface à ces questions qui peuvent pourtant faire toute la différence entre deux candidate.e.s. Ce n’est pas tant la réponse que vous formulerez que l’intensité et les mots choisis qui mettront en lumière toute la cohérence entre votre parcours, vos compétences, vos savoirs-être et les fonctions et métiers auxquels vous pourrez prétendre à l’obtention du concours ou de l’examen professionnel convoité.

ALORS! PLUS UNE MINUTE A PERDRE!

Quelque soit le concours ou examen préparé, les oraux comportent des étapes incontournables. Je prépare pour vous une vidéo afin de présenter:

  • Les attendus des juré.e.s dans la très majorité des oraux de concours,
  • Des outils pour travailler votre projet professionnel et votre présentation,
  • Des questions clefs à se poser pour travailler sa motivation,
  • Mais également la réponse aux questions que vous pouvez d’ores et déjà me poser dans les commentaires de cet article. J’en sélectionnerai une dizaine et apporterai des réponses détaillées à chacune.

Une des clefs du succès est la confiance en soi. Une des clefs de la confiance en soi est la préparation.

Arthur Ashe

Posez vos questions dans les commentaires, j’y réponds dans une vidéo à venir.

Des astuces pratiques pour optimiser votre méthodologie de l’épreuve de note avec rapport en 4 heures? Ce webinaire est fait pour vous!

Vous êtes fonctionnaire ou souhaitez le devenir? Vous ambitionnez de passer un concours ou un examen? Vous êtes en cours de préparation d’un concours ou examen?

Optimiser vos chances de réussite en visionnant cette vidéo

Près de 60 min de conseils méthodologiques et astuces pratiques concernant l’épreuve de note avec solutions opérationnelles aussi appelée épreuve de rapport avec solutions opérationnelles.

CLIQUEZ ICI MAINTENANT pour visualiser cette vidéo gratuite et poser moi vos questions en commentaires.

« La chance ne sourit qu’aux esprits préparés. » Louis Pasteur

Une supervision managériale? Mais pour quoi faire?

Que vous soyez intéressé.e, interrogé.e ou sceptique, venez tester… Vous faites quoi mardi prochain?

Les psychologues, personnels de la petite enfance, personnel du secteur médico-social ont tous ou presque des séances d’analyse de la pratique.

Les coach ont leurs séances de supervision.

Et les managers?

Ils ruminent seul dans leur coin car ils n’osent pas ou ne peuvent pas partager? …

On parle souvent de la solitude du manager. Je me remémore les propos d’une collègue DGS qui me disait …Tu sais Sonnya, on est tous en concurrence, comment veux tu que l’on échange sur nos difficultés et nos “faiblesses”… C’est ainsi que l’on ajoute du stress à la solitude car échouer relève d’un secret de polichinelle.

Ce dont on ne pas parler ailleurs, je vous propose de le partager, au sein d’un cercle de pair.e.s. à la fois bienveillant et cadrant.

OBJECTIFS :
Offrir un espace régulier de paroles

  • Exprimer interrogations et difficultés dans un climat de respect et de confiance,
  • Déposer le poids du quotidien et faciliter sa mission,
  • Réfléchir collectivement aux pratiques professionnelles,
  • Aborder des situations professionnelles complexes de manière commune et interdisciplinaires,
  • Echanger sur le vécu et le ressenti des paires managers, autour de situations concrètes,
  • Cultiver une prise de recul apprenante sur les situations partagées en croisant les regards,
  • Avoir des éléments de compréhension sur les processus qui ont conduit aux situations évoquées,
  • Mobiliser l’intelligence collective du groupe au service de la « résolution », de la « clarification » et/ou des « freins » et des « ressources » le tout en lien avec la situation abordée
  • Réajuster de façon concrète son savoir-faire pratique et relationnel
  • Clarifer sa place et son positionnement
  • Impulser une attitude réflexive, en prenant de la hauteur par rapport à sa pratique et aux situations abordées
  • Développer l’intelligence situationnelle et le raisonnement fractal
  • Evaluer au fl des séances l’apport de ces temps de travail

PROGRAMME :
Public :
Manager et Top Manager des secteurs publics et privés
Pré-requis :
Être actuellement en situation de management d’équipe hiérarchique ou fonctionnelle ou l’avoir été dans les 6 derniers mois.

CONTENU:

Les thèmes travaillés émaneront des participant.e.s. Les ateliers regroupent deux facilitatrices et 6 à 12 managers. Au cours d’un atelier, chaque manager, appelé « exposant », partage une situation actuelle de management qui le met en difficulté, lui pose un problème ou une question. La situation est étudiée en appliquant une méthode de décryptage qui mêle co-développement et analyse situationnelle. Les facilitatrices réalisent alors des apports théoriques en fonction de ce qui se joue dans la situation. Les apports sont multi-courants : Analyse transactionnelle, Programmation neuro-linguistique, Analyse systé-
mique…

  • Relation à un supérieur hiérarchique
  • Relation avec un collaborateur
  • Relation avec une équipe
  • Relation avec des pairs / collègues
  • Relation à l’organisation
  • Relation à soi-même

1ère séance: Mardi 26 février

MODALITES ORGANISATIONNELLES :
Nombre de participants : 6 à 12
Durée : 1 journée de 7h
Nombre d’ateliers : 5
Période : Février à Juin 2019
Dates : 26/02, 26/03, 23/04, 28/05 et 25/06
Type : Présentiel à Lyon (69 009)

TARIFS :
Auto-fnancement : 80 €/TTC/Jour
Financement employeur : 180 €/HT/Jour

RÊVolutionnairement vôtre,

Sonnya

“Tout objectif flou conduit obligatoirement à une connerie très précise.” Managers! Que cette citation vous porte en cette période d’entretien professionnel annuel

Comment faire pour inverser cette citation de Frédéric DARD?

L’entretien professionnel annuel est l’acte managérial majeur de cette fin d’année pour plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Figure de style imposée, est-ce que vous la vivez comme une insupportable contrainte inutile ou plutôt comme une occasion précieuse de parler vrai?

L’entretien professionnel consiste en un échange organisé annuellement entre l’agent et son supérieur hiérarchique direct qui donne lieu à un compte rendu afin de répondre à la double exigence de:
- Responsabilité des managers,
- Transparence de l’exercice.

DGAFP L’entretien professionnel


Si le manager-évaluateur préfère souvent désacraliser ce moment, l’agent-évalué lui rappelle l’importance de ce temps privilégié au cours duquel il bénéficie de son encadrant rien que pour lui.elle.

En quête de:

  • Reconnaissance du travail accompli,
  • Valorisation des points forts et définition des points à améliorer,
  • Expression des souhaits sur les conditions de travail, la formation et l’évolution professionnelle
  • la parfois délicate question de l’Amélioration de la collaboration professionnelle N – N+1,

l’agent évalué nourrit des attentes fortes.

Pour s’en convaincre, il suffit de prendre. la posture d’agent.e évalué.e que nous sommes aussi pour s’avouer sincèrement nos attentes vis à vis de l’autorité territoriale ou du DG qui évalue notre travail.

 Les maître-mots:

OBJECTIVITE

RESPONSABILITE

RECONNAISSANCE

 

J’ai identifié que l’entretien professionnel peut se découper en 3 temps:

  1. Le PASSE ou le temps du bilan // ECOUTE & HUMILITE

  2. Le PRESENT ou le temps de l’évaluation // OBJECTIVITE & COURAGE MANAGERIAL

  3. Le FUTUR ou le temps de co-construction // ASSERTIVITE & OUVERTURE

La posture de l’évaluateur varie et l’énergie de l’entretien n’est pas la même non plus. En retrait pendant la phase 1, le manager reprend le lead de l’entretien en phase 2 pour le partager en phase 3.

1/ Le PASSE ou le temps du bilan // ECOUTE & HUMILITE

Au démarrage de l’entretien, il est de bon ton de rappeler le cadre de l’exercice puis de rapidement laisser la parole à l’agent.e évolué.e afin qu’il puisse faire la restitution de sa préparation.

20 min durant lesquelles le manager est à l’écoute. Une bonne façon d’assurer son aptitude à l’écoute est tout simplement de se taire et de savoir gérer à la fois les silences et notre irrépressible envie d’intervenir, interrompre, contre-dire, (se) justifier.

Il sera toujours temps de donner son point de vue à l’issue de la phase 1. Le fait que l’agent.e évalué.e se soit senti.e écouté.e est une des clefs de réussite de l’entretien, qui lui même conditionne la satisfaction de la reconnaissance!

TEMPS DE PAROLE PHASE 1:

80% agent.e évalué.é // 20% manager évaluateur.rice

2/ LE PRESENT ou le temps de l’évaluation // OBJECTIVITE & COURAGE MANAGERIAL

Il est alors temps d’entrer dans l’évaluation objective:

  • de l’atteinte des objectifs de l’année qui vient de s’écouler
  • des différents critères de savoirs – savoirs-faire et savoirs-être travaillés par la cellule RH en lien avec les managers puis votés en assemblée délibérante après avis consultatif du comité technique.

20 min pendant lesquelles le manager expose l’analyse objective des compétences développées par l’agent.e évalué.e en lien avec le niveau attendu par le poste occupé. L’évaluation n’est objective que parce que le référentiel de comparaison est connu, clair et cohérent.

L’évaluation par la compétence reste de mon point de vue la plus objectivante! La composante savoir-être restera la plus subjective mais le doute sera plus facilement levé sur le niveau attendu de savoirs et de savoirs-faire.

TEMPS DE PAROLE PHASE 2:
80% manager évaluateur.rice // 20 % agent.e évalué.e

3/ LE FUTUR ou le temps de co-construction // ASSERTIVITE & OUVERTURE

La projection dans le futur peut alors s’amorcer.
  • Définition des objectifs de l’année à venir
  • Besoins en formation nécessaire
  • Ambition et évolution professionnelle souhaitée

20 min pendant lesquelles l’échange libre et décomplexé s’apparente à une négociation gagnant/gagnant qui s’assure que les intérêts du service et ceux de l’agent.e seront nourris. Une occasion privilégiée de co-construire avec assertivité une part de la vie du service pour l’année à venir.

Et pourquoi ne pas aller plus loin? LE VRAI PLUS:

  • Appréciation de l’équilibre vie professionnelle / vie personnelle compte tenu des objectifs fixés et des échéances de l’année à venir
  • Appréciation de l’adéquation Valeurs, motivations, talents en lien avec les objectifs déterminés.

Depuis que nous avons ajouté ces deux derniers éléments dans mes équipes, je trouve les entretiens plus aboutis en ce qu’il permette d’aborder la motivation en lien avec les clefs personnelles de l’agent.e.

 

TEMPS DE PAROLE PHASE 3:
50% manager évaluateur.rice // 50 % agent.e évalué.e

L’APPRECIATION GENERALE LITTERALE POUR FINIR EN BEAUTE

L’appréciation générale littérale traduisant la valeur professionnelle de l’agent.e est fondamentale en ce qu’elle constitue l’un des critères de sélection des agent.e.s dans le déroulement de carrière et dans le cadre de la mobilité.

EXIT la mention “Bravo, continuez ainsi” // Insuffisamment discriminant pour que la Commission Administrative Paritaire opère un choix le cas échéant…

La technique que j’utilise est celle dite du sandwich – technique de feed back en coaching.
  1. Un point fort
  2. Une piste d’amélioration
  3. Un point fort

Cela permet de rédiger une appréciation personnalisée et en cohérence totale avec les objectifs et évaluations des critères de compétences.

Il y a plusieurs pratiques quant au moment d’écrire cette appréciation littérale. Pour ma part, je trouve qu’il est nettement plus intéressant de l’écrire dans la foulée de l’étape 3 et de la lire à haute voix à l’agent.e évalué.e. La rédaction en dehors de la présence de l’agent.e après avoir conclu l’entretien est également possible. Je vous invite à tester les deux et à vous faire votre propre idée.

Enfin, je partagerai avec vous une connerie précise suite à objectif flou que j’ai fixé en 2018;

L’objectif était ainsi rédigé:

Mettre la Mairie en cohérence vis à vis de ces obligations GRC (gestion relation citoyenne)

La connerie précise fut que les services communication et affaires juridiques ont compris que cela nécessitait la refonte de notre site internet afin d’intégrer la composante GRC. Or, pour la direction générale et la cabinet, il était absolument impensable de lancer une refonte du site internet à 18 mois des élections! Résultats: Confusion, perte de temps, agacement et désorganisation.

En plus d’être assertif.ive, il convient d’être SMART dans la fixation des objectifs!

Tous ceux et celles qui sont formé.e.s à la conduite de projets connaissent par coeur la technique pour rendre un objectif opérationnel. Il doit être SMART:

  • S pour Spécifique
  • M pour Mesurable
  • A pour Atteignable
  • R pour Réaliste
  • T pour Temporalisé

L’objectif SMART aurait pu donner:

Assurer une veille juridique hebdomadaire sur l’évolution des obligations des collectivités territoriales en matière de Gestion Relation Citoyenne. Dans l’hypothèse d’une application obligatoire, saisir la DG et le cabinet afin d’opérer les éventuels arbitrages nécessaires à la mise en oeuvre.

Oui, rédiger des objectifs précis prend du temps, mais c’est autant de difficultés ensuite épargnées.

Si vous souhaitez échanger sur le sujet ou me poser des questions sur ma pratique, je tiendrai une conférence téléphonique mardi 27 novembre de 12h30 à 13h30.

Pour obtenir les codes de connection, contactez-moi à l’aide du formulaire ci-dessous:

Au plaisir d’un échange!

Sonnya GARCIA

Je me demandais… En tant que DG, vous ne vous sentez pas seul.e?

Voilà une question à laquelle j’ai souvent du répondre. Et ma réponse est invariablement la même. Non, en tant que DG, je ne me sens pas seule, je le suis.

Pas tout à fait dans l’équipe des élu.e.s, ni dans celle des agent.e.s

Seule car, il apparaît que je n’appartiens pas tout à fait à l’équipe des élu.e.s et je ne fais pas non plus tout à fait partie de l’équipe des agent.e.s.

Je l’ai intégré et pourtant, il m’arrive encore parfois de m’offusquer de ne pas être concertée par les membres du comité technique qui lancent un sondage sur la journée solidarité par exemple ou interrogative quant à ma participation au repas festif annuel des élu.e.s…

Un inconfortable entre-deux de plus?

Le salut se trouve-t -il dans l’équipe du CODIR? ou dans le binôme avec l’autorité territoriale? On peut l’imaginer, jusqu’au premier désaccord où l’on se rend compte que cette proximité ne nous permet pas toujours de partager toutes nos difficultés, tous nos ressentis.

Et mes pairs?

Evidemment, j’ai des pairs et j’ai longtemps considéré que mon équipe se trouvait dans mes relations authentiques avec mes collègues DGS. Puis un jour, l’une d’entre eux m’a dit: “Tu sais Sonnya, nous sommes tout de même tous en concurrence…”

J’ai compris qu’elle n’avait pas tout à fait tort; que probablement d’autres collègues pensaient la même chose et que la surface bien polissée du DG exemplaire qui ne connaît aucun problème – si ce n’est ceux que rencontrent tous les autres – devaient être affichée en toutes circonstances!

Ok, alors quand est ce que l’on peut être nous même?

Partager nos processus de réflexions, doutes, interrogations, peurs … ah bon, ça a des peurs un DG… hésitations… ou juste demander un avis, un conseil ou encore “s’épancher” sur les dernières incongruités de nos élu.e.s, de nos agent.e.s … pour celles des administré.e.s, en général, on a moins de difficulté à s’épancher… à quelle porte frapper?

Bien sûr, il y a nos proches et en même temps, je me sens tout de suite moins à l’aise quand je dois commencer par répondre à la question …“C’est quoi un DG dans une mairie? Il y a bien déjà un Maire???”. Quant à nos super-proches, le manque de distance affective est parfois plus dévastateur qu’aidant! …Attention, tu es sur un emploi fonctionnel! Commence pas à te mettre tout le monde à dos ou à te plaindre, on/tu fera(s) quoi si tu perds ton boulot???”…

L’idéal: une oreille (ou plus) emphatique

L’empathie ou l’art double d’être distinct sans être distant. J’ai souvent pensé qu’un partage entre pairs dénué d’enjeux de territoires, serait la solution.

Imaginez, un groupe de DG, dont les individus ne se connaissent pas nécessairement, en confiance et avec l’envie de créer un réseau soutenant ou un espace à l’écoute d’idées nouvelles, qui se connecte une fois par mois sur une plate-forme téléphonique entre 12h et 14h…

Créant ainsi un espace emphatique et confrontant, qui aide à avancer, se remettre en question, recueillir des avis et positionnements, avec l’idée de 0% complaisance et 100% bienveillance.

Un espace de travail et non de discussions de café

Il s’agit bien là de confronter, analyser nos pratiques et non de se (faire) plaindre. A l’instar d’une analyse de la pratique, je l’imagine comme une inter-vision.  Je mettrai alors au service du groupe mes compétences de coach et facilitatrice pour accompagner le groupe.

Pour le savoir, j’ai besoin de le tester avec vous

Si comme moi, vous pensez que cet espace peut apporter une réelle plus-value dans votre travail et votre posture sans être trop chronophage,

Ou si, vous pensez  que cela n’apportera rien,

Venez tester ce premier rdv, que je nomme le KIOSK à DG

Mardi 2 juillet de 12h30 à 13h30

Envoyer moi un mail à l’aide du questionnaire ci-dessous (gratuit et sans aucun engagement) et je vous communiquerai le numéro de téléphone et le code de la salle virtuelle pour notre rencontre téléphonique.

Hâte de vivre cette expérience avec vous.

Sonnya GARCIA

Directrice Générale / Formatrice / Coach / Blogueuse

Vous vous demandez quelles sont les préoccupations de vos collaborateurs en cette rentrée? Une technique infaillible pour anticiper des difficultés à venir: Demandez-leur!

A quoi peut bien servir le fait de demander aux membres de son équipe quelles sont leurs préoccupations de rentrée?

On a déjà bien assez à faire avec les siennes propres!!

Je ne vais pas vous ménager mais:

  1. Vous devez faire de la gestion de vos propres préoccupations une priorité,
  2. L’absence de prise en compte des préoccupations de vos collaborateur.rice.s revient à négliger une précieuse donnée entrante pour le travail de planification du dernier trimestre de l’année.

J’utilise toujours la première quinzaine du mois d’août pour planifier les événements importants de la fin de l’année.

  • Projets en cours,
  • Conseils municipaux / conseils communautaires,
  • Commissions générales,
  • Manifestations communales,
  • Préparation budgétaire,
  • Campagne des entretiens professionnels annuels.

Je ne sais pas à quoi ressembleraient mes journées si je ne prenais pas ce temps de planification. Probablement à un enchaînement de tâches décousu, générateur de stress et d’une perte de temps scandaleuse.

Pendant des années, j’ai préparé cette planification pour moi, sans partage.

Puis, il y a trois ans, j’ai décidé d’en parler aux cadres – lors d’une réunion de rentrée. Ils ont apprécié de pouvoir à leur tour connaître très en amont les dates auxquelles ils allaient être sollicités dans le cadre du processus de programmation budgétaire N+1 ou de la campagne des entretiens professionnels annuels.

J’ai ajouté en début de réunion un temps de recueil de leurs préoccupations.

Un triple avantage à demander aux membres de son équipe ce qui les préoccupe:

Le premier, est non des moindres: Vous pourrez y répondre!

Une préoccupation qui trouve une réponse voire même simplement une écoute sincère et authentique passe du statut de bombe à retardement à celui d’explosif désamorcé en douceur. Je ne sais pas vous mais moi je préfère éviter les dossiers qui se gèrent dans la douleur.

Le second: Vous pourrez anticiper les conséquences.

Si aucune réponse ne peut être apportée. Inutile de mettre la tête dans le sable. Devant l’inévitable, une seule solution – anticiper les conséquences, cela aide à se préparer.

Le troisième: Vous pourriez recevoir un beau cadeau.

Et puis parfois aussi, notre équipe nous renvoie une problématique à laquelle nous n’avions pas pensé. Et là, c’est un peu comme un cadeau! Un travail d’anticipation va pouvoir se faire pour anticiper les effets à venir.

Cette année, j’ai invité l’ensemble des agent.e.s et non seulement les cadres.

50% de l’effectif était présent. Principalement les services ne recevant pas du public.

J’ai débuté en distribuant des post-it et leur ai demandé, par service, de discuter puis noter leurs préoccupations de rentrée. Les préoccupations personnelles sont les bienvenues – je trouve qu’il est toujours intéressant d’ouvrir un espace dans lequel des professionnel.le.s peuvent partager des sujets purement privés. D’expérience, l’équipe peut anticiper des potentielles absences à venir ou une attention au travail amoindrie. Par exemple: pouvoir dire qu’un membre de sa famille est en fin de vie ou que l’un de nos enfants rencontrent une problématique scolaire importante peut grandement aider le service à suppléer pendant les moments compliqués.

J’ai, en partie, recueilli les préoccupations suivantes:

- Inquiétude sur l'absorption de la charge de travail nouveau,
- Les problématiques de stationnement à venir du fait des nombreux travaux sur   la commune.
- L'augmentation des effectifs à la cantine et temps périscolaire...

Je ferai un retour par services. En revanche, j’ai répondu à une préoccupation en directe car celle-ci faisait écho à une problématique qui inquiète une partie de la population. Je souhaitais que les agent.e.s aient un niveau d’informations suffisant quant aux contraintes des élu.e.s dans la gestion des normes supra-communale sen matière d’aménagement du territoire.

Ensuite, j’ai pris une vingtaine de minutes pour:

  1. présenter les prochains point à l’ordre du jour du Comité Technique et rappeler les membres représentants du collectif es employé.e.s.
  2. annoncer la planification exacte de la préparation budgétaire à venir et notamment des étapes impliquant le travail des services,
  3. annoncer la planification précise des entretiens professionnels annuels à venir,
  4. évoquer le planning des travaux
  5. laisser le temps pour un échange de questions diverses.

Résultat: une ambiance détendue et des agent.e.s rassuré.e.s. dans l’écoute de leurs préoccupations et quant aux échéances à venir sollicitant leur implication.

Je ne peux que vous encourager à partager un temps formel avec votre équipe.

1 réunion en 4 temps pour bien débuter la rentrée:

√ 30 min de temps d’accueil autour d’un café

√ 20 min de temps d’informations ascendantes (les agent.e.s partagent leurs préoccupations)

√ 20 min de temps d’informations descendantes (la direction présente les étapes clefs à venir)

√ 20 min max de temps de clôture en favorisant les échanges en petit comité (pour ceux et celles qui n’auraient pas osé)

A vous de tenter…

… et de nous dire dans les commentaires quels bénéfices vous et votre équipe avez retirés?

Sonnya GARCIA

 

Les 3 livres qui ont RÊVolutionné ma vie

… Encore! … Arrête de lire!  …Tu as encore trouvé ça dans un livre…
… Oui Oui J’ADOOOOORE lire et pendant longtemps, je m’en suis presque cachée…

Aujourd’hui je veux dire que la lecture est vitale chez moi, elle me permet une ouverture d’esprit incomparable sur le monde et sur mon mode de fonctionnement et je vous présente les 3 livres qui ont RÊVolutionné ma vie

Ah !! Ça fait du bien! Les livres représentent pour moi une merveilleuse façon de m’évader. Quand je lis, c’est comme si je quittais l’instant présent et changeais d’espace-temps. Je suis littéralement ailleurs et le retour à l’ici-maintenant est parfois presque douloureux. Un peu comme être réveillée prématurément et quitter un rêve merveilleux trop tôt.

Quand j’ai lu qu’Olivier ROLAND lançait un évènement interblogueurs sur le thème des 3 livres qui ont changé votre vie, je me suis posée deux questions:

  • Quelle est la date limite pour participer?
  • Comment vais-je faire pour ne sélectionner que 3 livres !? Il m’est arrivé d’en lire 3 en une seule semaine…

J’étais en tout état de cause HEUREUSE de trouver une communauté dans laquelle lire ne représente ni une tare ni une absurdité.

J’ai choisi 3 livres plutôt récents – je ne veux pas vérifier si Olivier les a chroniqués sur son blog car cela augmenterait ma pression. Je préfère vous laisser vérifier par vous-même.

Cet article participe à l’évènement “Les 3 livres qui ont changé votre vie” du blog Des Livres pour changer de vie. J’apprécie beaucoup ce blog, et l’un de mes articles préféré est celui-ci.

Le premier, dans l’ordre de découverte, est L’art de l’Essentiel.

L’art de l’essentiel

Phrase-résumé: Ce sont surtout nos possessions qui nous attirent des ennuis. Se délester des possessions superflues, c’est aussi se délester des problèmes. Pour désencombrer sa vie, il faut beaucoup de connaissance de soi! Jeter agit non seulement comme une véritable thérapie, mais aussi une philosophie et un art.

Ecrit par Dominique LOREAU, 2008, 189 pages bibliographie incluse

Adepte du mode de vie japonais depuis de nombreuses années, Dominique LOREAU est également l’auteur de plusieurs livres tel que l’art de la simplicité ou encore l’art de la délicatesse.

Dominique nous propose un accompagnement vers un désencombrement durable.

La première partie du livre intitulée Elixir Vitae du désencombrement est consacrée à nous expliquer les avantages d’une vie moins encombrée.

Au quotidien:

  • Un soulagement extraordinaire en ce que le désencombrement nous apporte plus de temps, moins d’ennuis et plus d’énergie,
  • Un intérieur plus dégagé, mieux organisé, plus raffiné et plus luxueux,
  • De meilleures relations pour plus d’indépendance et d’autonomie en se défaisant du passé

Dans le mental:

  • Un esprit moins encombré pour…
  • une vieillesse plus dynamique

Plus de joie de vivre:

  • La sérénité découlant du lâcher prise ou le bonheur dans la possession?
  • Bonheur ou paix? Antinomiques ou opposés complémentaires?
  • Un égo moins envahissant ou comment se détacher du moi?

La deuxième partie du livre nous amène concrètement à nous préparer au désencombrement.

Le tri identitaire:

  • Faire une véritable prise de conscience car tout prend d’abord forme dans le mental et pour savoir que jeter et que garder nous devons d’abord nous connaître et nous concentrer sur nos objectifs,
  • Se connaître soi et savoir conserver les objets qui nous reflètent,
  • Savoir exactement ce qui m’est nécessaire à l’ère du deal getting ou du temps de la quête du plaisir et de la satisfaction des désirs,
  • reconnaître les caractéristiques des “bons” objets qui sont ergonomiques et agréables, de qualité, neutres, possédant un bon ki, et qui ont bien vécu.

Prendre conscience des obstacles:

  • L’auteur passe en revue nos peurs secrètes de faire le vide. De la peur de perdre de l’argent à celle de passer pour un pauvre en passant par celle de regretter ou de se retrouver seul avec soi, elle nous interroge sur l’idée de vivre sa vie ou la posséder?
  • Dans quels cas stocker à outrance devient un problème? L’auteur passe en revue des facteurs externes tels qu’avoir vécue une enfance sans domicile fixe ou encore avoir été abandonnés ou non désirés et des facteurs internes faisant écho à des peurs et angoisses telles que celle de passer pour un gaspilleur ou d’être associé à ce qui se trouve dans ses poubelles.
  • Enfin, sont présentés des modèles de gens heureux qui vivent selon un principe que je qualifie de sobriété heureuse. Elle termine ce sous-chapitre par un paragraphe intitulé Routine ou vie nomade? Cela constitue un point commun avec le second libre que je présente dans cet article.

La troisième partie est celle où Dominique LOREAU nous invite à passer à l’action avec un accompagnement pas à pas, précis et sécurisant.

Elle décrit 3 étapes pour ne pas laisser le loisir à nos excuses de nous freiner ou ralentir.

L’inventaire du logis:

  • Tout y passe! De ce qui se rapporte à la cuisine, aux nécessités ménagères, objets électroniques, décoration ou meubles, aires de rangement, objets personnels, documents, papiers, photos et même les livres!
  • Pour chaque thème, une foultitude de conseils précis est donnée. Par exemple le fait de se constituer une garde-robe hors mode, sur des valeurs sûres et de lister les vêtements indémodables essentiels (un trench coat avec doublure amovible pour le froid, un manteau mi-saison, deux ou trois jeans…)

Les techniques:

  • Comment procéder? L’auteur décrit des techniques précises pour savoir par où commencer et quoi faire. On apprend alors qu’il convient de se débarrasser aussi vite que possible des grosses choses, d’exposer les objets pour lesquels nous hésitons encore, se limiter à certaines couleurs, ne posséder l’essentiel qu’en un seul exemplaire, ou encore plus radicale: déménager dans une plus petite maison.
  • Les bons moments pour agir sont importants à détecter car il nous faut de l’énergie pour passer à l’action. Le bon moment c’est quand la pensée nous vient à l’esprit. Pour créer une habitude, nous pouvons profiter des saisons ou d’un voyage pour jeter.
  • Donner, recycler, jeter ou vendre, le désencombrement nous offre de multiples possibilités de faire un acte de charité ou éco-responsable.
  • Et que faire en cas de dilemme? Si malgré tous les apports de la partie I, nous sommes indécis, Dominique LOREAU apporte des contre-arguments pour gérer l’encombrement des autres, les scrupules, les erreurs d’achat et les fameux souvenirs et autres objets sentimentaux.

Après s’être désencombré, une alerte et des conseils pour: 

  • Ne pas re-remplir ou comment contrer l’adage selon lequel la nature a horreur du vide ou l’art de faire savoir à ses proches que nous souhaitons cesser de recevoir et de faire des cadeaux.
  • Se méfier des pièges. L’auteur identifie comme piège ce qui est gratuit, les soldes et tout ce qui a trait au réconfort de qualité inférieure.
  • N’acheter qu’après mûre réflexion. J’ai beaucoup pratiqué et aujourd’hui encore la technique de la liste des 30 jours. Quand j’ai envie de quelque chose, j’attends trente jours, si je le veux toujours, je l’achète.
  • Pratiquer la frugalité pour vivre avec peu: un mode de vie esthétique et merveilleux.
  • Vivre dans la légèreté et la transition en nous rappelant que l’on s’approche de la mort à chaque instant et que le désencombrement est un moyen de préparer notre mort. Âme sensible s’abstenir… Ou encore que notre consommation constitue un acte politique.

Et de conclure en précisant:

 Avec trop on se perd, avec moins on se trouve

Les éléments en gras représentent des sous-titres du livre.

En quoi ce livre a-t-il changé ma vie?

Un moment de vie où je n’avais plus de place pour rien.

Je vivais un passage de ma vie très chargé en responsabilités, tâches à accomplir, à ne pas oublier. Je venais d’avoir un second enfant et nous habitions une grande maison que nous rénovions. En plus de cela, je travaillais toujours beaucoup. Le temps m’était compté pour ne pas dire chronométré chaque jour. Et le moindre grain de sable s’apparentait à une gestion de crise. Cela m’a appris à être extrêmement bien organisée mais je frisais l’épuisement.

La lecture de ce livre m’a permis de lâcher prise sur le niveau d’exigence que je me fixais.

Avoir un super job à responsabilité ET deux enfants ET une maison à rénover et entretenir ET partir en vacances ET recevoir du monde en mettant les petits plats dans les grands ET que tout soit toujours impeccablement rangé et propre ET reprendre le sport ET cuisinier ET être toujours au top de sa forme. J’avais enfin le droit de dire NON, je me donnais cette autorisation et savais comment faire.

J’ai d’abord été prise d’une frénésie de désencombrement. Je vidé les placards, trié, jeté ou donné ou rangé.

Et puis, comme j’étais bien partie, j’ai décidé de faire un choix entre:

  • Maison + Travaux
  • OU Appartement + Vacances

…Je ne pouvais pas ramener mes enfants à la maternité; Ils ne constituaient donc pas une variable d’ajustement. Je rigole….

Nous avons donc décidé de vendre notre maison et j’ai quasiment tout donné.

J’ai voulu organiser un vide maison mais le regard désapprobateur prononcé de ma mère a eu raison de cette malheureuse initiative. Toutes nos connaissances étaient sous le choc. …Pourquoi vendre cette si belle maison? Ils divorcent c’est ça? …Et bien non, nous n’avons pas divorcé, nous voulions juste moins de responsabilités dans les tâches quotidiennes. Je remarque d’ailleurs que j’ai appliqué l’un des conseils de l’auteur puisque j’ai déménagé pour un lieu d’habitation plus petit. Et comble du déshonneur familial, j’allais être locataire de mon logement. … Tu te rends compte, quitter une maison dont tu es propriétaire à la campagne pour un appartement en ville en location, mais tu veux mettre tes enfants sous les ponts !!… J’adore la mesure dont peut faire preuve ma famille quand il s’agit de m’encourager dans mes choix de vie.

…Mais tu crois que se débarrasser de tout est sain?… Heureusement l’auteur traite cette question, sinon j’aurai peut-être manqué d’arguments. Elle explique tout simplement que dès lors que cette démarche fait suite à une évolution et un travail personnel, elle n’a rien d’une maladie psychologique. OUF! Sauvée.

Bref, je dirai que ce livre m’a donné le courage et le mode opératoire pour changer de vie et préserver ma santé.

Le style de l’auteur est très tranché presque dogmatique.

Elle n’a que faire de ce que l’on peut en penser. Tout n’est donc pas forcément à prendre argent comptant – par exemple je continue à faire des cadeaux car il me semblait compliquer d’expliquer, je pratique le désencombrement et la frugalité heureuse donc je ne participerai pas à la cagnotte de ton voyage de noces – on vient à 4 au mariage au fait et mes enfants ont un appétit d’ogre 

Nous vivons en France, tous les concepts japonais ne me semblent pas transposables. En revanche, je crois que ce livre m’a aussi reconnecté à mon féminin. J’avais besoin de ces conseils sur comment ranger son sac à main ou choisir son parfum. L’art d’être une courtisane ou une geisha ne s’enseigne pas en France. Une niche?

Le second livre qui a profondément changé ma vie est celui de l’auteur du blog qui a lancé cet évènement inter blogueurs, c’est d’ailleurs par ce livre que je l’ai connu.

Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études 

Tout le monde n'a pas eu la chance de rater ses études

Phrase-résumé: Vous en avez assez du métro-boulot-dodo, ou de ces études interminables dans lesquelles vous apprenez surtout des choses qui ne vous serviront pas ? Brisez la routine et réussissez en dehors du système en suivant cette méthode étape par étape basée sur l’expérience de centaines d’entrepreneurs et appuyée par plus de 400 références scientifiques.

Comprenez les limites du système éducatif et pourquoi il est de plus en plus obsolète, hackez votre éducation en boostant votre QI, apprenez comment vraiment apprendre efficacement et devenez libre en créant une entreprise qui soit au service de votre vie, plutôt que votre vie au service de votre entreprise… bref rejoignez le mouvement grandissant des rebelles intelligents !

Ecrit par Olivier ROLAND, 2016, + de 250 pages et Lu par Cyril PARIS

J’ai été franchement interpellée par le titre du livre. J’aurai envie de répondre à l’auteur que si, en fait, beaucoup de personnes ont raté leurs études. Pour autant, tous ceux qui ont raté leurs études n’ont pas eu la chance d’en faire une opportunité.

Et en même temps, j’aime l’audace du titre.

Pour ma part, j’ai donc eu la malchance de réussir mes études – et de prendre du plaisir par-dessus le marché.

Surtout que depuis, j’ai appris que la chance s’entretient et représente la somme:

  • D‘une préparation + 
  • Une attitude +
  • Une opportunité +
  • Des actions

Pour vérifier par vous-même, rendez-vous sur la chaîne YouTube d’Olivier Roland.

Donc Olivier, sois franc, tu l’as provoqué ta chance!

J’ai aimé le ton du titre qui annonçait celui du livre. Intérieurement, je me disais, quel prétentieux! Je ne me suis pas fait flique à faire 5 ans d’études après le BAC pour me faire narguer de la sorte.

Donc… j’ai acheté le livre. J’ai tout de suite été emballée lorsqu’il s’adresse aux rebelles intelligents, car je me reconnais tout à fait en cette image. Je remets en cause le système quand je pense qu’il est possible de faire plus efficient. Et j’insiste, on parle bien efficience et non efficacité.

Ensuite il parle en introduction de livre formation … Super, je vais apprendre des choses… et surtout, épatant, il annonce un chapitre manquant à télécharger sur son blog avec tout un tas de conseils et exercices. … Au moins, il annonce des choses qu’il met en pratique. C’est quand même rebelle et intelligent de faire un truc pareil… J’ai tout de suite accroché.

Je ne pourrai rentrer dans le détail d’un résumé du livre car je ne l’ai pas lu mais écouté.

En effet, vu que je trouve que je ne lis encore pas tous les livres que je voudrais, j’ai un abonnement à audible et me régale d’un livre audio par mois (dans ma voiture ou en faisant la vaisselle ou la cuisine…)

Je l’ai écouté bien en entier – oui – mais vu que je ne dispose pas de 21 h 30 mn et 7 sec pour l’écouter de nouveau – ni même de 1O h 45 mn et 3 sec 1/2 ...tu vois Olivier j’applique tes astuces… je ne pourrai être exhaustive quant au chapitrage. En revanche, j’ai pris le temps de re-balayer les chapitres audios et voilà ce que je peux en résumer.

Partie I: Apprendre en s’amusant ou comment s’éduquer efficacement au XXI ème siècle.

Dans cette partie, Olivier ROLAND nous explique entre autres:

  • Pourquoi l’enseignement classique n’est pas idéal pour le rebelle intelligent. J’apprécie dans cette partie d’apprendre des méthodes pour apprendre. C’est quand même fou que l’on ne nous enseigne pas de méthodologie pour retenir par cœur par exemple.
  • Que le système éducatif moderne est conçu pour le XIX ème siècle. Je comprends mieux pourquoi je suis si souvent convoquée à l’école. Mes enfants ont deux siècles d’avance. C’est plus clair pour moi désormais.
  • Pourquoi et comment hacker son éducation et sa vie en boostant son intelligence, sa motivation et sa concentration. Whaoo! Non seulement être intelligent n’est pas une tare mais en plus on peut s’entraîner à devenir encore plus intelligents. J’en tombe des croyances limitantes!
  • Comment ludifier sa vie et rendre ludique les changements qui nous sont si profitables.
  • Comment booster sa volonté en étant très pragmatique. Pour ma part j’adore le concept de l’ami de challenge qui consiste à se lancer à deux dans un même challenge pour co-gérer la difficulté et le découragement.

Partie II: Créer son entreprise et devenir libre

Il dépeint alors les avantages d’une vie d’entrepreneur.

  • Être entrepreneur, ça fait peur
  • Comment démarrer en ayant peur et étant imparfait
  • Comment créer une lean Start up
  • Créer seul ou avec un associé
  • Comment faire pour qu’elle dure
  • Toutes les astuces marketing nécessaires et indispensables
  • Comment penser en système, externaliser à bas coûts

Ce que j’ai trouvé formidable dans cette partie c’est que chaque conseil est étayé d’une histoire vraie d’entrepreneurs qui ont osé, réussi, appris de leurs erreurs et recommencé.

C’est un formidable livre de formation et de transmission. Il est truffé d’excellents conseils pratiques et d’histoires motivantes. Olivier a écrit et donné sans compter.

En quoi ce livre a – t – il changé ma vie?

De façon très significative! J’avais lu juste auparavant la semaine des 4 h et déjà j’avais ouvert les yeux sur le fait qu’une autre vie est possible.

Après cette phase de désencombrement, je me suis quand même demandée si je n’avais pas déconné. Cette sensation de tout reprendre à zéro. Le doute m’a souvent envahie. Pourquoi ai-je fait cela?

J’ai un job qui me plaît énormément, j’ai la possibilité d’animer des formations et je suis coach. En fait je cherchais le moyen de créer du lien entre ces trois métiers. Je voulais potentialiser ces diverses compétences plutôt que d’avoir à choisir un métier.

Avant de lire ce livre, je ne connaissais pas le métier du blogging. Et 6 mois après, je poste cet article sur mon blog. C’est presque magique pour moi.

J’ai compris que je ne voulais pas raisonner en métiers mais en compétences.

Je suis Cadre territoriale / Formatrice / Coach professionnel / Blogueuse et ces compétences nourrissent ma roue de l’amélioration continue.

Tout autour de l’innovation managériale, j’ai besoin de faire / transmettre et recevoir / accompagner et décaler / exprimer ce que j’ai vécu et en ai retenu.

Ce livre a franchement changé ma vie – dans la foulée, j’ai visité le blog d’Olivier ROLAND et comme il est intelligent, tout est bien organisé pour donner envie d’aller plus loin. Je me suis inscrite à sa formation en ligne blogueur pro et ne cesse de travailler et persévérer dans la constance pour atteindre le moment.

Ce moment où je pourrai vivre en nomade et vivre dans mon appartement en location et aussi dans une autre ville de France ou du monde tout en faisant les métiers de mes rêves.

Merci Olivier

Enfin le troisième livre que j’ai choisi de vous présenter ne m’a pas du tout attiré de prime abord. Non mais, regardez cette couverture:

Et le titre! Plus bateau, tu meurs!

Enfin libre d’être soi-même!

Vous l’aurez compris, ce ne sont ni la couverture ni le titre qui m’ont attiré dans ce livre. Alors, comment est-il entré dans ma vie et en quoi l’a – t – il transformée?

Phrase-résumé: Vous est-il déjà arrivé d’être profondément irrité par quelqu’un sans trop savoir pourquoi ? Avez-vous tendance à répéter les mêmes schémas relationnels et, parfois, à vous en sentir prisonnier ?

Votre relation aux autres, au matériel et à la vie en général est un formidable miroir de qui vous êtes. Ce qui vous stimule, positivement ou négativement, reflète des parts de vous que vous refoulez peut-être.
Plus vous apprendrez à vous accueillir pleinement, avec vos ombres et vos parts lumineuses, mieux vous serez équipé pour faire face aux circonstances de la vie, sans vous trahir, en étant simplement vous-même.
Ainsi, vous cesserez de dilapider votre énergie et pourrez l’utiliser pour construire une vie inspirante.
Ce livre simple et dynamique regroupe retours d’expérience, exemples et exercices pratiques et vous invite à l’estime de soi et au bonheur.

Co-écrit par Christian JUNOD et Evelyne FANIEL, 2017, 159 pages bibliographie incluse.

Là, ça va déjà mieux. J’en suis venue à ce livre par l’auteur Christian JUNOD que j’ai connu par l’intermédiaire de ces travaux sur le rapport à l’argent. J’étais peu à l’aise avec mon argent et j’avais besoin de comprendre. J’ai été servie, car je ne mesurais pas à quel point travailler son rapport à l’argent nous permet de travailler sur nous en profondeur.

Peter Koenig, qui est le père fondateur du Peter Koenig System (dont je vais parler), disait:

Les trois sujets tabous de notre société sont les meilleures clefs d’entrée pour travailler sur nos couches les plus profondes. Travailler votre rapport à la mort, au sexe ou à l’argent et vous serez transformé.

Et bien je confirme! J’ai dans un premier temps lu Ce que l’argent dit de vous de Christian Junod, pour finalement m’inscrire à l’un de ces stages et découvrir et pratiquer le Peter Koenig System.

C’est alors que j’ai acheté ce livre à la couverture moche et au titre peu “rebelle intelligent” que Christian m’a gentiment dédicacé:

Pour Sonnya, je te souhaite bonne lecture et que tu te permettes toujours plus à être toi m’aime. Merci de ta belle présence.

Merci à toi Christian

C’est parti!

Le livre commence fort en nous expliquant un concept aussi simple que RÊVolutionnaire.

Introduction

  • Accueillir toutes nos facettes pour oser être pleinement nous-mêmes
  • Le monde extérieur, reflet de notre monde intérieur
  • La vie comme un jeu!
  • Comment tirer le meilleur de ce livre

Dès l’introduction, nous comprenons que tout ce qui nous agace, contrarie, gêne dans notre quotidien représente une tension née d’un conflit intérieur. Il s’agirait de parts de nous non acceptées, qui exprimées par les autres, nous renvoient à nos propres incapacités, nos propres non-autorisations.

Le monde extérieur tel que nous le vivons n’est que le reflet de ce qui se passe ou ne se passe pas en nous.

Notre responsabilité: Pacifier notre monde intérieur et vivre moins de tensions à l’extérieur.

Pour vivre la vie comme un jeu, il suffirait, dès que l’on est hyper contrarié ou gêné, de se poser et dire chouette une superbe occasion d’accueillir une part d’ombre cachée en moi!

Ce livre est construit comme un cahier d’exercices et propose des pistes de transformation en nous guidant pas à pas – dès lors que l’on est prêt à nous rencontrer nous-même.

Chapitre 1: Qui a ma télécommande?

  • La métaphore de la télécommande

Imaginons que chaque être humain reçoive à la naissance la télécommande de sa vie. Un formidable outil qui nous permette de savoir quelle émotion nous ressentons, quels besoins sont à nourrir et comment, un tableau de bord mesurant tous les indicateurs pour vivre la vie de nos rêves.

Notre éducation, nous a majoritairement amenés à délaisser, perdre ou donner notre télécommande à quelqu’un d’autre. … S’occuper de soi, franchement! C’est hyper égoïste…

En effet, mieux vaut passer son temps à nourrir maladroitement les besoins des autres, en imaginant ce qui est bon pour eux, tout en attendant maladivement que quelqu’un comprenne nos besoins non exprimés qui plus est et les comble. C’est carrément plus logique!

La question est posée. Qui a ma télécommande? Où est-elle? Que dois-je faire pour la récupérer?

  • Trois manières de vivre sa vie: trois niveaux de conscience
  1. La position de victime ou le syndrome de ...C‘est toujours à moi que ça arrive … Je n’ai vraiment pas de chance… Pourquoi moooooi… Dans cette hypothèse, je n’ai pas conscience que je peux faire quelque chose. Tout m’échappe, je me sens impuissant face à une situation et ne vois pas d’autre option que de la subir en me plaignant. Je ne pas partir à la recherche de ma télécommande car je n’ai aucune idée de son existence.
  2. Je deviens acteur ou le syndrome de …Maintenant y en a marre …. Je ne vais pas subir ma vie jusqu’à ma mort… Cette fois, on retrouve du pouvoir d’agir. On sait que cette fichue télécommande existe et nous comptons bien remettre la main dessus et décider de notre comportement face à la situation qui nous arrive.
  3. La vie comme un miroir ou le syndrome de … OK, la vie est un jeu et essaie de me challenger pour que je progresse… Qu’est-ce que j’en comprends de mon fonctionnement intérieur et comment puis-je évoluer… Là tout de suite, ça a une autre gueule! On a tellement de recul, que la situation nous affecte un micro quart de seconde. Nous savons que notre télécommande est dans notre poche. Il suffit de prendre le temps de s’isoler et d’appuyer sur la touche Peter Koenig System pour accueillir une part d’ombre supplémentaire et être transformé. Tout de même, ça RÊVolutionne.

Chapitre 2: Qu’est ce qui nous empêche d’être “nous-m’aime”

Dans ce chapitre les auteurs passent en revue 7 sous-chapitres qui nous amènent à saisir la notion de facettes et parts d’ombre.

  • L’image de la boule à facettes:

L’être humain serait comme une boule à facettes dont chacune représente une compétence ou un aspect de notre humanité.

L’irresponsable, le fou, le profiteur, le voleur, le pauvre, le radin ou l’obsédé pour ne citer que celles-ci ne sont pas les parts que nous cherchons le plus à valoriser. Tous ces adjectifs fonctionnent aussi au féminin.

Bien souvent, elles ont été gommées, interdites et estampillées du sceau PAS BIEN – CACA BOUDIN – BEURK.

Sauf, que dans certaines situations, leur absence nous fait défaut!

  • Toutes nos facettes ont leur place:

Que dire d’une personne qui, du fait de son irresponsabilité, partirait en congés deux jours plus tôt pour éviter un arrêt de travail. Qui reprocherait à quelqu’un de voler les plans de préparation de l’évasion d’un grand bandit.

Le problème est que nous ne savons pas les activer en conscience au moment où nous en aurions besoin. Nous sommes comme bloquer. Mais en attendant cette part de nous qui ne s’exprime pas nous bouffe de l’intérieur.

Et c’est là que l’on lit dans les journaux.

On ne comprend pas, c’était un homme discret, gentil et toujours serviable. Vous êtes sûr que c’est lui qui a tué sa femme et ses 4 enfants de sang-froid? (Le tueur non accueilli?)

Ou encore, tous ces gros titres sur les prêtres pédophiles. Peut-on faire un lien entre le vœu d’abstinence et cette pulsion soudaine et incontrôlable? Je vous laisse vous faire votre propre idée.

  • Le miroir, l’ombre et la projection

Maintenant que l’on sait ce qu’est une ombre, voyons les notions de miroir et projection.

Le miroir est la situation extérieure qui nous permet de prendre conscience que quelque chose ne va pas.

La projection est l’image de jugement qui nous vient alors sur cette situation. C’est comme un mécanisme de défense. Ce que nous jugeons chez l’autre n’est autre que ce que nous refoulons chez nous.

Illustration:
Miroir: Quand je vois mon collègue habillé comme s'il allait à un congrès interministériel; ça me rend fou!
Projection: Quel snob! 
Ombre possible: Le prétentieux / Le vaniteux

Chapitre 3 / 4 / 5: A la découverte de vos facettes cachées à travers votre histoire / à travers la relation aux autres / à travers d’autres formes de projection

Les 3 chapitres suivants sont de véritables exercices pratiques et situationnels qui nous invitent à reconnecter avec nos facettes cachées dans différents aspects de nos vies.

Les blessures de l’enfance, l’éducation, la généalogie par exemple pour ce qui est de notre histoire.

La relation parents/enfants, la relation de couple, les relations de travail pour les relations aux autres.

La relation au matériel, la relation à l’argent ou les addictions pour les autres formes de projection.

Les sous-chapitres sont alors tous construits de la même manière. Un ou deux paragraphes d’explications et d’introduction – un exemple tiré d’une histoire vraie – un exercice pratique autour des mêmes questions qui nous permet de mettre en lumière nos parts d’ombres.

Exemple de questions sur le sous-chapitre La relation de couple:

  • Qu’est-ce qui vous horripile chez votre conjoint, compagnon de vie? Quel jugement avez-vous alors sur lui?
  • Qu’est-ce que vous admirez chez votre conjoint?
  • Sur la base de vos réponses aux questions précédentes, quelles facettes cachées de votre humanité (parts d’ombre et parts lumineuses) avez-vous découvertes?

Alors oui! Parce que j’ai oublié de préciser que nos parts d’ombres peuvent être lumineuses.

Nos expériences de vie passées ont pu nous amener à refouler le doux, le courtois, le riche, le plein de vie ou encore l’intelligent. Inutile de préciser que tous ces adjectifs fonctionnent aussi au féminin. 

Aussi, le Peter Koenig System fonctionne également pour se réapproprier ses parts d’ombres lumineuses.

Le livre est vraiment accompagnant car il propose même deux listes en fin d’ouvrage: une liste d’ombres négatives et une liste d’ombres positives.

Le suspense a assez duré. C’est quoi le Peter Koenig System exactement?

Chapitre 6: Les solutions pour réintégrer vos facettes cachées

  • Première étape de la guérison: voir

A ce stade, nous pouvons être content de nous car la première étape est faite. Si l’on a fait tous les exercices du livre, nous sommes alors en capacité de dresser la liste de nos ombres positives et négatives. Comme Rome ne s’est pas faite en un jour, les auteurs nous invitent à sélectionner LA part d’ombres qui nous interpelle le plus et que nous souhaitons transformer maintenant.

  • Deuxième étape de la guérison: transformer

Le Peter Koenig System est un système de deux phrases construites de la manière suivante:

Je suis + QUALIFICATIF NEGATIF + et c’est merveilleux

(Ou et c’est OK, c’est bon, c’est pleinement OK)

Je suis + QUALIFICATIF POSITIF (que je considère comme le contraire du qualificatif négatif de la première phrase) + avec et sans L’INDICATEUR SELON LEQUEL J’ESTIME ÊTRE QUALIFICATIF POSITIF

Exemple:
Je suis un radin et c'est merveilleux,
Je suis généreux avec et sans acheter des cadeaux hors de 
prix à mes enfants pour leurs anniversaires.

Bien évidemment chaque système de phrases est propre à chacun. Le fait que l’on se sente généreux en achetant des cadeaux d’anniversaires hors de prix est propre à mon exemple. Pour une autre personne cela pourrait être … avec et sans prendre soin des autres.

Le pouvoir des mots est important et fort et je crois que tout ce qui fait la force de ce système est justement qu’il nous amène à nous confronter à ces mots qui nous blessent.

Pour ces réapproprier ces parts lumineuses:

Je suis + PART LUMINEUSE + avec et sans + LA CONDITION QUE J’ASSOCIE A L’EXPRESSION DE CETTE PART LUMINEUSE CHEZ MOI

Je suis + OPPOSE NEGATIF DE LA PART LUMINEUSE + et c’est bon!

Exemple:
Je suis brillant avec et sans être le meilleur
Je suis médiocre et c'est merveilleux!

Plus vous aurez de difficulté à prononcer le système de phrase, plus c’est qu’il est impératif que vous le fassiez. C’est là que vous êtes veinard, vous avez trouvé l’ombre à travailler et les bons mots pour le faire. Si on peut s’épargner de faire la Une des journaux – rubrique faits divers…

La phrase sur laquelle j’ai bloqué le plus longtemps a été:

Je suis en insécurité et c’est pleinement OK

Christian JUNOD préconise d’insister et d’amplifier l’effet lorsque nous sommes mal à l’aise avec une ombre. Cela a donc donné:

Je suis en hyper, méga, grande insécurité et c’est MERVEILLEUX!

C’est cela, oui! J’ai eu du mal mais maintenant j’arrive à la prononcer à haute voix, en me regardant dans le miroir dans les yeux et même à la dire à quelqu’un d’autre.

Le pire restait à venir:

Je suis en sécurité avec et SANS argent.

Là, il se foutait carrément de moi. Au début, je grugeais en ajoutant (…) avec et sans argent de côté ou avec et sans argent épargné. Puis, j’ai fini, au bout de 3 mois à pouvoir dire la phrase. Je rattachais mon sentiment de sécurité à l’argent et cela ne faisait qu’amplifier mon sentiment d’insécurité. Aujourd’hui je sais que ma sécurité est intérieure. C’est beau…

En conclusion, 

Les auteurs nous invitent à faire ce travail comme un acte citoyen. Se réapproprier toutes nos facettes nous permet de: nourrir nos besoins, nous connaître et au bout du bout nous aimer nous-m’aime.

En quoi se livre a-t-il changé ma vie?

Il m’a permis de libérer plusieurs projections que j’avais.

J’ai travaillé la déloyale, la voleuse, la prétentieuse ou encore l’égoïste.

Mais ce que j’ai envie de vous relater c’est ce qui vient de se passer à l’instant.

Il me reste 7 heures pour publier l’article sans aucune faute d’orthographe pour pouvoir participer à l’évènement interblogueurs qui m’a poussé à l’écrire.

Je n’étais pas tenue de faire 5 000 mots mais le règlement n’indique pas de maximum donc j’ai écrit sans me soucier du temps que cela prendrait si ce n’est cette dead line impérative.

Et là, mon ordinateur n’a jamais été aussi lent.

Donc j’accueille cet évènement extérieur qui me rend dingue et je dis debout et à haute et intelligible voix:

Je suis lente et inefficace et c’est merveilleux

(Mon corps qui se détend – je répète la phrase trois fois)

Je suis efficiente avec et sans surcharger mon agenda de millions de choses à faire

(Oui parque ce que je dois aussi repasser au boulot finir 2-3 trucs et aller récupérer mes enfants, avant qu’il ne fasse nuit, ça pourrait être pas mal…)

 

Voilà, je suis contente d’avoir réintégré la lente.

En conclusion

Ces 3 ouvrages ont RÊVolutionné ma vie en ce qu’ils m’ont permis de mieux me connaître, d’assumer suffisamment mes choix de vie pour passer à l’acte et de me donner les moyens de RÊVolutionner ma vie au lieu de la vivre comme un compromis.

Je finirai par citer Dosseh – rappeur français – Texte de la chanson HABITUÉ:

Pendant des piges, j’ai attendu que ma vie change, puis j’ai compris que c’était elle qui attendait que je change.

Je termine volontairement sur une référence surprenante car si j’en avais eu l’occasion je vous aurai présenté une quatrième livre Introduction au hip hop management de Jean Philippe DENIS.

Si vous voulez savoir en quoi le Hip Hop RÊVolutionne mon management, faites le moi savoir dans les commentaires.

A très vite pour oser un management innovant et partager nos retours d’expériences entre RÊVolutionnaires.

Sonnya