Intuition & Management: un enjeu historique pour une responsabilité nouvelle

Le 1er décembre je fêterai mes 14 ans d’exercice au poste de DGS et je ne peux pas nier que mon intuition a souvent servi mes décisions managériales. Inimaginable pour moi en début de carrière, j’ai bien dû reconnaître que je pouvais être plus performante en me laissant parfois guider par mon intuition.

Aujourd’hui, j’ai compris qu’il s’agissait d’une compétence à cultiver. Je vous explique comment j’en suis arrivée à cette décision et comment cela se manifeste concrètement dans mon management.

Avant cela, je tiens à remercier Alix, créatrice du blog Destination intuition, pour avoir lancé cet événement inter-blogueurs dans lequel s’inscrit mon article. Vous pouvez retrouver des conseils pour développer votre intuition en vous rendant sur son blog “Destination intuition“.

Intuition? 

Qu’est ce qui vous vient à l’esprit quand vous lisez le mot INTUITION?

Avez-vous une perception plutôt positive du mot en vous disant que l’intuition est un fabuleux outil d’anticipation et de juste perception des choses

ou

Pensez-vous qu’il s’agit d’un mode primitif de décisions qui est dépassé depuis que nous avons invité la roue, l’électricité et l’i-phone XI?

Je ne sais pas vous mais j’ai longtemps eu des idées, qui me venaient d’on ne sait où, et que je ne mettais pas en oeuvre car justement je ne savais pas d’où elles venaient…

Ce serait bien si… Je pourrai faire ça… Et si je…

En même temps, comme rien de rationnel n’expliquait ces idées, je ne les mettais jamais en oeuvre.

Plus je les refoulais, plus ces idées s’intensifiaient.

J’ai donc décidé un jour, de les exécuter pour qu’elles stoppent leur intrusion récurrente dans mes pensées.

C’est alors que je me suis connectée – sans vraiment le savoir – à mon intuition. 

Pourtant j’étais mal à l’aise avec cette idée.

… Trop féminin et pas assez pro pour le milieu dans lequel j’évolue…

Je pense que c’est la croyance qui me bloquait. En tant que cadre dirigeante, je trouvais compliqué de justifier mes choix et décisions en répondant:

“Pourquoi 1 000 000€ de plus pour la section de fonctionnement du budget? Juste parce que je le sens bien comme ça”.

Une réponse que je n’ai jamais osé formuler en commission finances.

C’est alors que j’ai eu l’occasion … le fameux hasard … de participer à une formation intitulée Méditation, Intuition et Management. Cette formation a changé mon point de vue sur l’intuition.

Dépasser la tyrannie de l’égo!

Pourquoi faudrait-il décrédibiliser l’égo? L’égo est justement ce qui fait de moi un sujet pensant, rationnel, désireux, qui sait juger, analyser et comparer. Des atouts fondamentaux dans le quotidien d’un manager-dirigeant!

Je vous livre la définition de l’auteur Sébastien HENRY, également animateur de la formation citée plus haut.

L’intuition est cette voix de la sagesse en chacun qui, disponible à tout moment, connaît avec précision ce que notre croissance spirituelle exige dans une situation particulière.

Elle peut se comparer à une cascade qui coule jour et nuit, perdue au milieu d’une ville immense. Souvent nous n’arrivons pas à la trouver dans cette ville bruyante et sans cesse en agitation qu’est notre mental.

Quand les décideurs s’inspirent des moines, Sébastien HENRY

Légitimée dans mon ressenti, j’ai compris que j’avais la chance d’être intuitive et qu’il fallait que j’en fasse un atout et non que je tente de la cacher, de la refouler.

Nouveaux paradigmes managériaux, nouvelles responsabilités.

L’égo est un excellent conseillé lorsqu’il s’agit de manager en zone de confort. Les données sont connues et maitrisées, alors l’égo en posture d’hyper-contrôle a tous pouvoirs.

Mais quel manager peut aujourd’hui dire qu’il navigue sur une eau calme?

Nous sommes tous sorti.e.s de notre zone de confort, depuis plus ou moins longtemps. Cela a dépendu du niveau de résistance dont nous avons fait preuve.

Les bouleversements sociaux ayant entrainés des ruptures institutionnelles sont là et les managers-dirigeants qui ne s’en sont pas encore rendus compte sont sortis, malgré eux, de leur zone de confort pour être propulsés en zone de panique!

Qui a résisté trop longtemps en zone de confort, porté par les encouragements de l’égo, se retrouve aujourd’hui en zone de panique.

Notre nouvelle responsabilité est de manager en zone de challenge dans laquelle l’intuition est une alliée redoutable!

Le Fast Management nous a porté au paroxysme du “toujours plus vite, plus haut, plus fort, plus loin”… Les effets: Un environnement et des êtres humains de plus en plus dévitalisés. Suicides, stress, dépenses de santé en augmentation, violences et chômage sont les symptômes d’un malaise social qu’il devient indécent d’ignorer.

Il est impératif d’adopter une toute nouvelle façon de manager dans un contexte dont la seule chose qui ne change pas, c’est que tout change en permanence.

  Pour aller plus loin: Quand faire "moins vite" permet de "faire plus": la magie du SLOW.

Les paradigmes managériaux ont considérablement évolués.

Nous comptons de plus en plus dans nos équipes de membres en quête de réalisation de soi!

Aussi, les manager-dirigeants se doivent d’innover pour être en phase avec un changement en profondeur des aspirations sociales et culturelles, le refus d’une imposition hiérarchique et le désir de participation et de collaboration, une créativité et un élan d’initiative, le développement d’attitude empathiques qui débouchent sur un climat de confiance.

“Ce monde d’incertitude, d’incomplétude, d’imprédictibilité est certes un monde qui peut être angoissant, mais aussi un monde plein d’opportunités.”

Les clés du futur, Jean Staune.

Pour quitter l’angoisse de la zone panique pilotée par l’égo, une solution est de lâcher-prise pour se laisser conduire par son intuition clairvoyante.

Investir sa zone de challenge c’est lâcher le contrôle pour plus de créativité.

De nouvelles responsabilités pour les manager-dirigeants: 3 compétences à développer pour accueillir avec hospitalité la sagesse intuitive.

  1. L’ouverture d’esprit,
  2. Le courage,
  3. Le lâcher-prise

L’ouverture d’esprit est indispensable pour appréhender les situations avec un nouvel oeil; Il s’agit d’apprendre à voir autrement ce que nous côtoyons depuis toujours. Autrement dit, nous devons faire différemment ce que nous avons l’habitude de faire depuis de nombreuses années. C’est loin d’être simple et cela demande des courage!

Le courage de remettre en question nos modes de pensées pour influencer notre comportement et agir autrement!

Et enfin le lâcher prise d’oeuvrer malgré une visibilité obscurcie qui demande de poser des actes sans certitude, aucune, quant aux résultats.

Comment je me mets à l’écoute de mon intuition?

Tout d’abord, je m’installe dans un lieu calme et m’assure d’être non dérageable! (ce que est différent de ne pas être dérangé.e)

Ensuite:

  • Je fais le vide en moi,
  • Je me concentre sur ma respiration,
  • Puis, je note toutes les pensées qui me viennent en tête, (De: Il faut vraiment que j’aille chez le coiffeur à Penser à vérifier l’évolution de l’indice de révision des loyers.)
  • Quand mon cerveau est “vidangé”, je prends un temps pour savourer cet état de grâce, quasi métaphysique,

Enfin… et bien enfin, rien! Je ne fais rien et j’écoute. Je me mets à l’écoute de mon intuition. Certains entendent leur intuition sous forme d’une voix. Ce n’est pas mon cas. Je dirais que j’ai une intuition qui me met en action.

Après mes séances, il n’est pas rare que je fasse quelque chose. quoi me direz-vous? Et bien appeler une personne, prendre un rdv, me mettre à écrire. Et alors Lorsque je mesure le résultat de cette action, je m’aperçois souvent avec surprise que j’ai réglé un souci, ou mis en place une action qui m’amène vers la concrétisation d’un objectif.

Pourquoi et comment ça marche? L’intuition va puiser des informations à un niveau de conscience que nos raisonnements ne peuvent pas atteindre.

L’inconscient: un réservoir de conseils avisés médiés par notre intuition.

Ma dernière décision managériale intuitive.

Le bureau de la direction générale transformé en espace de co-working.

Récemment, j’ai eu l’idée, devrais-je dire, l’intuition, de transformer les bureaux de la DGA, de la secrétaire de direction et le mien en espace partagé de co-working.

Mon intention est de vivre plus pleinement la valeur de l’interdépendance de l’équipe jusque dans l’aménagement de notre espace de travail.

Le résultat ?

  • Escompté: un mode de gouvernance horizontalité,
  • Réel: A évaluer lorsque l’on aura investi les locaux car, comme je le disais plus haut, j’ai appris à lâcher prise sur le résultat.

Un conseil: Quand vous vous sentez poussé.e par une irrésistible envie d’agir, faîtes-le! Et ce, même si votre mental est incapable d’expliquer pourquoi! Vous aurez le bonheur de comprendre en mesurant les résultats de l’action.

Et vous? Comment votre intuition s’adresse-t-elle à vous? Quelle est la dernière décision que vous avez prise intuitivement?

Partagez votre réponse en commentaires!

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

8 thoughts on “Intuition & Management: un enjeu historique pour une responsabilité nouvelle

  1. Bonjour Sonnya.

    J’ai souri en découvrant ton article car je lis en ce moment un roman où le personnage principal (un agent secret) est justement face au dilemme : suivre les directives ou suivre son intuition. Les personnages qui l’accompagnent l’aident sans cesse à rééquilibrer la balance et on sent que c’est un tiraillement pour lui d’être profondément certain que suivre son intuition est la bonne décision mais qu’il a également besoin du cadre qui l’entoure pour pouvoir continuer à avancer.

    Au final, tout est toujours questions d’équilibre !

  2. ” Il n’y a de science qu’avec l’intuition et la déduction. ” C’est une citation de… Descartes, qui n’est pas le matérialiste échevelé qu’on veut bien nous faire croire.
    André Maurois, lui, a écrit, à propos de Victor Hugo : “Les génies ont trois registres : observation, imagination, intuition.”
    Vous remarquerez qu’il n’est pas question d’analyse, de statistiques ou de retro-planning.
    L’intuition est un guide très sûr pour qui sait écouter.

    1. Merci pour ces citations qui viennent corroborer la thèse défendue par l’article. J’aime beaucoup l’idée que des hommes cartésiens fasse la promotion de l’intuition comme guide décisionnel!

  3. Hello Sonnya,

    J’ai beaucoup aimé ta manière de décrire l’intuition, car je me suis retrouvé dans ta manière de l’appréhender. Selon notre type de personnalité, on peut avoir comme compétence naturelle cognitive l’intuition ou le ressenti. Et c’est particulièrement intéressant lorsque l’on en s’en rend compte par une prise de conscience.

    Ce qui est super c’est que nous montre l’exemple à suivre lorsque l’on sait que nous sommes de nature intuitive.

    Enfin, faites confiance à votre intuition, devenez-en responsables, car elle vous mènera là où vous rêveriez d’aller.

    Merci encore pour ton article inspirant ! 🙂

    À bientôt,

    Pierre

  4. Bonjour Sonnya,
    ton article m’a replongé 10 ans en arrière. J’étais Responsable RH dans une grande entreprise française, toujours tiraillée entre mon intuition et les procédures, normes et us et coutumes ;( Un enfer pour moi… Alors j’ai tout lâché pour trouver ma mission de vie : accompagner la naissance des Mères et des bébés 😉 Bon, dis comme ça, ça a l’air simple et rapide mais ça n’a pas été tout à fait le cas ! Maintenant, mon intuition est un guide incontournable de mon activité : me laisser aller, me connecter aux femmes et trouver avec elle le chemin qui leur correspond. Bien loin du monde de l’entreprise tel que je l’ai connu mais tellement plus connectée à mes valeurs et mes ressentis ! Merci pour ton article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.